#60 Anna, le bonheur après le malheur

Le trauma d'une IMG à 22 semaines

Certaines grossesses sont fauchées dans leur élan… On pense être bien conseillée, on se dit que les médecins connaissent tous les risques, et pourtant, parfois, tout arrive beaucoup, beaucoup trop tôt… 22 semaines. C’est le temps qu’a duré la première grossesse d’Anna Fiorentino. L’IMG l’a fauchée de plein fouet. Et, quand son corps a décidé que cette grossesse s’arrêterait là, elle n’a pas eu le choix.  Parce qu’à ce stade, il était trop tard pour avorter, et trop tôt pour espérer une quelconque viabilité. Même en imaginant la grande prématurité. Il a alors fallu accepter l’inacceptable idée de mettre au monde un bébé, qui ne pourra pas vivre.

Sur-vivre à une interruption médicale de grossesse (IMG)

Que se passe-t-il alors dans un cœur de maman quand on connait le deuil périnatal, à une IMG ? Comment on se lève le matin, comment on dit au revoir, et puis après, comment on envisage la suite ? Anna a vécu cette première grossesse qui s’est terminée dans le malheur, et puis elle s’est relevée, sans jamais regarder en arrière, avec l’urgence de connaître le bonheur. Dans cet épisode, elle vous racontera comment elle a réussi à ne pas sombrer, sans trop s’attacher aux remords ni aux souvenirs. Elle a ainsi pu mener une deuxième grossesse à terme, qui, même si elle ne fut pas simple non plus, a enfin rallumé la lumière.