#224 Clémence, clown hospitalier

En côtoyant la mort au quotidien, Clémence explique comment elle a vécu sa grossesse.

#224 Clémence, maman et clown à l'hôpital

Clown hospitalier, un métier exceptionnel et une mission essentielle

En France, ils sont une centaine de nez rouges au milieu des blouses blanches à investir les couloirs des hôpitaux et à se faufiler dans les chambres, pour faire rire enfants, parents et soignants. Ces clowns pas comme les autres sont formés depuis plus de 30 ans par l’association “Le Rire Médecin”, pour faire entrer un peu de joie, d’espoir et de couleurs dans un quotidien en noir et blanc où l’on ne s’autorise pas souvent à rire, et où on oublie trop vite son âme d’enfant.

Rire pour (se) guérir

Clémence a connu l’ennui écrasant des séjours à l’hôpital. La première fois, elle avait 4 ans… Elle se souvient encore du manque terrible de distractions, et de ce qui aurait pu l’aider à échapper à sa douleur. Alors aujourd’hui c’est elle, sous les traits du clown hospitalier Kratère, avec son nez rouge et son énergie atomique, qui permet aux enfants de déjouer l’ennui et d’occulter un instant la maladie. Et aussitôt son visage grimé, plus rien ne transparaît, ni son désir viscéral d’avoir un bébé, ni l’épreuve de deux fausses couches successives, ni cette grossesse qui va bousculer ses repères et réveiller sa vulnérabilité.
Parce que, quand on porte soi-même la vie alors qu’on côtoie quotidiennement la frontière avec la mort, on fait comment pour garder la bonne distance ? Comment se protéger derrière un bouclier anti-larmes, sans perdre son humanité ? Comment ne pas céder à la peur d’imaginer le pire pour son propre enfant ?

En riant de tout, même du pire

Dans cet épisode, Clémence vous dira combien sa maternité et son métier de clown hospitalier fonctionnent inévitablement en vases communicants. Et puis elle vous racontera comment cette grossesse lui a fait prendre conscience de sa propre fragilité mais aussi de la force inouïe qu’elle était capable de transmettre à tous ses petits patients. Enfin vous découvrirez le numéro d’équilibriste auquel doivent se livrer les clowns hospitaliers. Un numéro sans chapiteau mais avec un public exceptionnel, capable de s’autoriser à rire de presque tout, pour narguer la mort jusqu’au bout.

⚠ Warning L’histoire que vous vous apprêtez à entendre est pleine de sourires, mais comporte aussi des passages difficiles au sujet d’enfants hospitalisés, pour certains en soins palliatifs. Il est donc à écouter avec vigilance. Merci.