#197 Caroline, all you need is sleep

Quand maternité rime avec tout vouloir contrôler

On peut toutes être un peu control freak parfois… Mais ce besoin de tout vouloir contrôler peut parfois transformer une jeune femme hyper épanouie et bien dans sa vie en rat de bibliothèque de la section maternité. Alors évidemment, c’est bien de se renseigner. Ce n’est pas chez Bliss qu’on vous dira le contraire… Mais, comme pour tout, l’excès de contrôle et d’informations n’est pas toujours un gage de réussite, notamment quand on parle de dette de sommeil.

La dette de sommeil : l’enfer abyssal des jeunes parents

Quand Caroline décide de faire un enfant, elle lance ce “projet bébé” comme tous ses autres projets professionnels : à fond ! Formations et préparations, elle balise le terrain en pensant évidemment être parée à toute éventualité. 

Sauf peut-être l’éventualité d’un regret maternel qui s’insinue pendant la grossesse, puis celle d’un accouchement traumatique qui enfonce le clou, et enfin celle d’une dette de sommeil abyssale pour cause de bébé pleurant non-stop. Difficile alors d’échapper à une dépression du post-partum.

Alors comment faire pour ne pas perdre définitivement la tête lorsque l’on perd complètement pied avec sa maternité ? Comment gérer la dette de sommeil et la culpabilité de ne pas réussir à créer de lien avec son bébé ? Et surtout comment transformer une dépression abyssale en révélation magistrale ?  

Caroline Ferriol, la fée dodo

Dans ce nouvel épisode de Bliss Stories, Caroline va vous livrer le pire de ses pensées pour vous raconter le meilleur de ce qu’elle a su en tirer. Elle vous racontera la solitude extrême par laquelle elle est passée pour, à son tour, venir en aide aux parents en dette de sommeil et leur éviter de vivre le même calvaire qu’elle. Vous entendrez la mue d’une mère restée – avec son bébé – de nombreux mois en veille, et qui est aujourd’hui devenue la fée du sommeil.