#177 Laurie, mère en (re)construction

Une enfance v(i)olée

Laurie est un soleil, dotée d’un humour au vitriol et chez qui on sent un besoin nécessaire d’éclater de rire le plus possible. Parce que l’humour ça sauve souvent, même des pires souvenirs. Le plus indélébile, c’est ce séisme vécu l’année de ses 12 ans, en silence, sous une tente, et de ses répercussions post-traumatiques. Car de cette nuit où elle est victime d’un viol, où elle crie de tout son être sans qu’aucun son ne sorte de sa bouche, va d’abord naître une détestation pour son corps, puis un besoin incompressible de plaire, comme pour remplir ce corps et se réapproprier sa chair abusée.  

Viol, choc post-traumatique et dépression du post-partum 

Et puis un jour, Laurie rencontre Flo. Il fait des études de sage-femme et il a en lui toute la délicatesse et la bienveillance qu’elle n’a jamais connues. Elle le sait, c’est l’homme de sa vie et, après 6 ans de vie commune, Laurie voit son corps devenir le vaisseau d’une grossesse idyllique. Mais l’accouchement est douloureux, et fait resurgir les démons du passé, car la plaie est encore vive… et la vie semble à nouveau s’arrêter… Jusqu’à la reconstruction presque 3 ans après. 

Se (re)construire après un viol

Dans ce nouvel épisode de bliss.stories, Laurie nous raconte donc cette trajectoire de l’ombre à la lumière, de l’adolescente qu’elle était à la mère qu’elle est devenue. Une plongée dans les années 90, pendant lesquelles Laurie a vécu un viol avant ses premières boums, impactant évidemment sa vie et guidant insidieusement ses choix. Elle nous dit aussi comment elle a surmonté plus de deux ans de dépression post-partum et réussit enfin à atteindre l’apaisement grâce à ses deux enfants et sa force de maman.

Attention, certains passages de cette histoire font mention de violences sexuelles sur mineur. Si vous êtes vous-même victime ou témoin de tels actes, vous pouvez composer le 3919 pour les femmes, ou le 119 pour les enfants en danger.