#232 Hélène, bébé cardiopathie congénitale

Hélène revient sur cette nuit où son bébé était entre la vie et la mort...

#232 Hélène, à son petit coeur battant

Cardiopathie congénitale : 8 000 bébés touchés par an

Chaque année en France, environ 8 000 bébés naissent avec une cardiopathie congénitale*, c’est-à-dire une malformation du cœur qui n’est pas toujours détectée pendant la grossesse et dont on ignore souvent la cause… Elle implique évidemment un suivi et une vigilance de tous les instants et, selon sa gravité, elle peut nécessiter une intervention chirurgicale qu’on imagine infiniment délicate.

Aorte bouchée, une forme de cardiopathie possible chez le nouveau-né

Cette nuit d’août 2021, Hélène ne l’oubliera jamais… une nuit interminable où sa petite Suzon, alors âgée de quelques jours, est hospitalisée en urgence pour une détresse respiratoire qui cache en fait une grave malformation cardiaque. Cette nuit-là, Hélène et Pierre-Antoine basculent dans une autre dimension, celle de la réanimation et des perfusions, des incertitudes et des longues heures à veiller et rassurer leur bébé, et à invoquer toutes les forces imaginables pour que Suzon s’y accroche et survive à cette nuit.

Mais comment ne pas s’effondrer au milieu de tout ce fracas ? Comment ne pas se sentir démunis et impuissants ? Où trouver la force d’y croire encore quand même les médecins peinent à se prononcer sur un pronostic vital ?

Récit d’une nuit cauchemardesque, gâchée par la cardiopathie congénitale

Dans cet épisode, Hélène vous racontera donc cette nuit cauchemardesque où la mort a défié la vie, et où elle et Pat’ ont traversé ce tourbillon d’inquiétude grâce au soutien de leurs proches, à une onde d’amour invisible qui s’est propagée en quelques heures sur les réseaux sociaux et à l’âme très très forte d’une petite copine partie quelques mois plus tôt. Vous comprendrez que la priorité quand on est parents d’un bébé hospitalisé, c’est surtout de rester du côté des vivants, et de savourer chaque petite victoire en se répétant “vivement maintenant”.

* source : Bien vivre avec sa cardiopathie congénitale – FFC (fedecardio.org)