#153 Joyce Jonathan, faire la paix avec son corps

Joyce Jonathan, la difficulté d’être un personnage public

Il y a des filles qui ont un soleil dans la voix et le sourire accroché au visage. Pour elles, tout semble simple et joyeux. Mais derrière certain sourire de façade se cache une autre réalité. On vit toutes avec nos doutes, nos complexes, et on tente de cohabiter avec eux. Joyce Jonathan est comme nous toutes, la célébrité et la scène en plus. Quand elle démarre sa carrière de chanteuse, elle a la certitude que la minceur est un laisser passer pour la gloire. Son rapport à son corps est biaisé. Difficile aussi de ne pas se laisser emporter par les critiques et les injonctions, surtout quand on a 20 ans. 

Quand l’amour s’en mêle

Même si Joyce Jonathan a parfois cédé aux sirènes de la minceur, s’imposant des régimes drastiques pour correspondre à des canons de papier glacé, c’est finalement avec quelques kilos en plus qu’elle tombe amoureuse d’un beau pianiste corse qui met le feu aux soirées cannoises en plein festival. Après une rencontre digne d’une comédie romantique et la certitude d’avoir trouvé l’homme de sa vie, sa grossesse arrive vite… le confinement aussi. Et c’est dans le calme et la douceur du Sud, entourée de son clan familial qu’elle va regarder son ventre s’arrondir pour la meilleure des raisons. 

La maternité pour le meilleur

Dans ce nouvel épisode de Bliss Stories, Joyce nous raconte les coulisses de sa grossesse et la naissance de sa petite Ghjuilia. Elle nous dit comment elle a réussi à maîtriser son accouchement interminable, grâce à la méthode “chamallow”, mais aussi la bouffée de bien-être que lui a procuré un allaitement qu’elle a réussi à maintenir même après un retour en studio. Elle nous explique également pourquoi être enceinte lui a permis de faire la paix avec son corps. Ce corps qui s’est révélé être un formidable allié.