#131 Déborah, mon bébé né d'une greffe d'utérus

La toute première greffe d'utérus en France

Comme la plupart d’entre vous, j’ai découvert Déborah en une des couvertures de journaux et à la télévision dans les nombreux reportages qui lui ont été consacrés. Car Déborah fait partie de ces femmes qui marqueront l’Histoire de la médecine en ayant contribué à une première nationale : porter un bébé après avoir reçu une greffe d’utérus. L’utérus était celui de sa mère. Et cette opération miraculeuse est le résultat du travail acharné de l’équipe du professeur Ayoubi, chef du service de gynécologie obstétrique à l’Hôpital Foch de Suresnes, et un peu magicien à ses heures. 

Grandir avec le syndrome MRKH

Née sans utérus à cause du syndrome MRKH, qui touche environ une femme sur 4000, Déborah a découvert à la puberté qu’elle ne pourrait “à priori” jamais porter d’enfant. Et même si, en 2014, elle a appris qu’une équipe suédoise avait réalisé la première greffe utérus avec une donneuse vivante, jamais Déborah n’aurait cru, un jour, être la prochaine à marquer un tournant dans les progrès médicaux du 21e siècle. Et pourtant… 
À travers tous les articles et les vidéos qui parlaient d’elle, Déborah m’a d’abord fascinée puis touchée en plein cœur. Dans son regard, j’ai vu toute la force physique et mentale dont elle a dû faire preuve pendant ces longues années de combat et de montagnes russes émotionnelles.

Le destin historique de Déborah 
Dans ce nouvel épisode de Bliss.Stories, nous avons le grand privilège d’écouter un témoignage historique. Celui d’une femme qui s’est longtemps sentie anormale et qui a dû surmonter des années de souffrance psychologique. Mais le destin de Déborah était en fait placé sous une très belle étoile, celle de sa petite Misha, premier bébé français né après une greffe d’utérus. Un bébé qui a transformé le rêve de Déborah en réalité et a fait d’elle une maman comblée.