#106 Kenza, devenir maman sans sa maman

Quand on met au monde un nouveau membre dans une famille, les lignes bougent. Chacun voit son rôle changer, évoluer. Le prisme à travers lequel on percevait ses proches change aussi souvent. Et puis une naissance nous ramène inévitablement à la nôtre, et donc à la femme qui nous a donné la vie.

Une maman on en a qu’une, et devenir maman soi même c’est souvent marcher dans le sillage de la sienne, sentir ses effluves et se lover dans ses conseils et son soutien inconditionnel. Oui mais voilà, parfois les repères ne sont plus, et il faut avancer à tâtons, sans cette référence avec laquelle on a grandi. Alors comment fait-on quand on perd ce qu’on avait de plus cher? Comment se construire dans un nouveau rôle alors que notre modèle n’est plus là pour nous guider ? Kenza était fusionnelle avec sa mère. Complice de toujours, meilleure amie, guide spirituelle, l’accompagner dans la maladie et lui dire au revoir trop tôt fut évidemment un déchirement. Et tomber enceinte 4 mois après, très déstabilisant. Pourtant cette grossesse Kenza la désirait profondément, mais ce qu’elle aurait aimé plus que tout c’est la vivre avec sa mère à ses côtés. Alors il a fallu faire preuve de résilience, continuer à vivre grâce aux souvenirs et aux jolis signes, et puiser dans toute la force et la confiance que lui avait transmises sa maman pour construire sa propre façon d’en devenir une.