Le malaise du nourrisson, comment réagir ? - Julia

Le malaise du nourrisson, comment réagir ? - Julia

Julia revient sur ce soir d’octobre où son bébé de 3 mois perd connaissance, victime de ce qu’on appelle le malaise du nourrisson. Témoigner, c'est une façon pour elle d’aller de l’avant, de dépasser le traumatisme et de sensibiliser chacun.e aux gestes de premiers secours qui peuvent sauver la vie.

“Je m’appelle Julia, j’ai 30 ans. 
Je vis à Chambéry. Je suis assistante de gestion.  
Ma famille est composée de mon conjoint, Benoît, et de notre fille Romane qui a 17 mois. 

J’ai travaillé pendant deux ans avec Benoît sans jamais le rencontrer puis la vie a fait que nous nous sommes rapprochés grâce à des amis en commun. J’ai tout de suite apprécié sa façon de vivre et de voir la vie. Avant même de tomber amoureuse de lui, j’ai aimé lui parler. Il a fallu quelques mois pour décider de nous lier. 

Le sujet du bébé est abordé assez naturellement, nous en avons envie tous les deux. Deux ans après, le dimanche 13 février 2022, nous nous lançons dans le projet de créer notre famille. Et, le lendemain, j’apprends que je suis enceinte ! C’est le cœur battant, les larmes aux yeux et les jambes qui flageolent que j’annonce à Benoît la nouvelle. Nous sommes choqués mais très heureux. Ma grossesse est idyllique, j’ai confiance en mon bébé, j’ai confiance en mon corps. Si ce bébé a décidé de s’installer par surprise c’est que tout, absolument tout va bien se passer... C’est le cas, j’ai la chance de ne pas connaître les nausées et autres maux de grossesse.   

 

 

Au mois d’octobre, cinq jours avant la date du terme, j’accouche par voie basse de Romane, une petite « paupiette » de 3kg560 pour ses 47 cm. J’ai tout aimé : accoucher, accueillir cet être si chaud et si doux sur ma poitrine, l’embrasser, l’admirer, la caresser, l’aimer. Je ressens le pur bliss et il va m’accompagner tout au long de mon post-partum. Je me sens à ma place, nous sommes tous les trois une équipe et je suis véritablement heureuse. Je vais flotter sur ce nuage d’innocence et de douceur jusqu’au 12 janvier 2023, jour où notre vie bascule, jour où ma maternité se trouve bouleversée à tout jamais...

 

Tout son corps est en pause, en arrêt. 

 

Il se fait tard et je profite des derniers sourires de Romane qui a presque 3 mois. Pendant son change, Romane pleure légèrement. Sans le voir, j’entends un bruit étrange provenant de sa bouche et puis, plus rien. Je la relève et je comprends rapidement la situation. Il n’y a plus de son, aucune réponse aux stimuli, tout son corps est en pause, en arrêt. Panique, peur et désespoir. Benoît prend le relais pour que je puisse aller chercher le téléphone qui est en bas. Je remonte. Ils sont tous les deux, face à moi, et je découvre une poupée de chiffon, un bébé déjà devenu blanc, un bébé qui ne respire plus. Je deviens folle, je n’entends plus, je n’écoute plus les directives que nous donne le SAMU par téléphone. Mon monde est déchiré. Elle revient à elle grâce aux gestes de premiers secours prodigués par Benoît qui est toujours en communication avec le SAMU. Romane est ensuite hospitalisée trois jours pour essayer de comprendre ce qui a pu se passer. Finalement, nous sortons de l’hôpital avec le diagnostic suivant : malaise nourrisson à la suite d’un étouffement avec une glaire. Médicalement, le malaise nourrisson serait très rare et ne toucherait que les bébés de moins de six mois 

 

Je me suis formée aux gestes de premiers secours 

 

Depuis cet accident, j’ai peur pour elle, j’ai peur pour nous. Je me suis formée aux gestes de premiers secours et, tous les matins, quand je la dépose chez la nounou, j’ai toujours cette peur de recevoir l’appel qui va détruite ma vie. 

Un matin d'octobre 2023, Benoît est en déplacement et je suis donc seule avec notre fille que je vais réveiller. Elle m’enlace et, comme tous les matins, je la dévore de bisous. Je prends ma dose d’amour et de douceur. Mais, ce matin-là, elle fait une légère fausse route. Elle tousse et la seconde d’après plus rien. Je comprends très rapidement la situation, elle fait à nouveau un malaise nourrisson. Je tente tout, je fais tout, j’essaie de ne pas paniquer jusqu’au moment où je sais que j’ai besoin de plus. Je décide de taper aux portes de tous mes voisins, mon bébé dans les bras, en hurlant à l’aide. Une porte s’ouvre, mon voisin comprend, une tape dans le dos efficace et la seconde d’après Romane pleure. Renaissance. Il aura fallu d’un geste plus fort que les autres pour lui sauver la vie. S’en suit plusieurs rendez-vous et des examens médicaux pour comprendre la cause des malaises et, une fois de plus : « Tout va bien, Romane est en parfaite santé ». Je m’effondre. Je pleure toutes les larmes gardées. Je suis soulagée mais je n'oublie pas le poids de cette épée de Damoclès que nous avons au-dessus de la tête. Car si un nouveau malaise nourrisson se reproduit, comment s’assurer qu’elle y survive ? Comment apprivoiser mes angoisses et faire grandir mon enfant dans la confiance après ça ? Comment gérer le traumatisme et avancer ?  

 

 

Depuis peu, je ne veux plus vivre avec la peur de sa mort. Je suis loin, très loin d’y être arrivée mais je me raccroche à l’existant. Je pense à ce réveil où Romane m'a chatouillé le visage, où je sentais ses mains si petites sur mon visage. Ses caresses ont réussi à me sortir du sommeil et je l'ai vue, tout sourire, satisfaite de m'avoir réveillée et heureuse de me retrouver. Je me souviens m'être dit : "C'est vraiment incroyable comme je l'aime".

Les tips de Julia 

S’écouter, que ce soit une intuition, un ressenti, une émotion. 
Noter les heures importantes de son accouchement (l'heure d'arrivée à la maternité, le premier monitoring, l'heure de la première poussée) et ses ressentis à l'instant T.  
Prendre ses produits « doudous » dans sa trousse pour le séjour à la maternité, et des habits amples en coton très doux. 

------ 

Si ce témoignage malaise nourrisson t’a éclairée ou aidée, et que tu aimerais toi aussi nous partager ton histoire pour transmettre, à ton tour, ton expérience de la maternité et ton savoir, écris-nous ! 

Il est important de rappeler que le malaise du nourrisson peut tout à faire être l'expression d'une difficulté respiratoire passagère. En cas de malaise nourrisson, il est conseillé de prodiguer les premiers gestes de secours et d’appeler le 15 (SAMU) ou le 18 (les pompiers).  
Initiation aux premiers secours enfant et nourrisson | Croix-Rouge française 
Retour au blog